Déconstruction des pesanteurs sociologiques dans la commune de Sè : des relais communautaires à pied d’œuvre

Vue d'ensemble des participants

L’ONG-CDEL, a procédé au renforcement de capacités des leaders et personnalités influentes identifiés comme relais communautaires au cours d’un atelier de deux jours dans l’arrondissement de Sè. Etaient présents à ces ateliers participatifs des personnes ressources dont : des membres du mouvement communal des femmes, des leaders religieux et des enseignants.  

Les hommes relais communautaire en travaux de groupe

Dans la commune de Sè, les rapports entre les hommes et les femmes souffrent de divers maux caractéristiques d’une marginalisation de la femme ; parmi lesquels on note : le harcèlement des femmes par les hommes, les charges familiales supportées par les femmes, les violences verbales, la relation de supériorité des hommes sur les femmes, etc. Vu tous les efforts déployés ces vingt dernières années pour réduire ces violences et faire changer les mentalités, il s’avère nécessaire alors de remettre en cause les méthodes classiques de lutte contre les VBG dans la commune. Il faut alors adopter de nouvelles stratégies d’intervention face aux mentalités qui ne changent pas depuis des années. C’est pourquoi l’ONG CDEL, dans son approche de sensibilisation intègre les hommes dans le processus de déconstruction des pesanteurs sociologiques.  Ces hommes reconnus pour être les vecteurs des VBG, sont désormais considérés comme des partenaires avec une approche basée sur la masculinité positive. C’est dans cet état d’esprit que le 14 Avril dernier, le CDEL a identifié puis sensibilisé 13 relais communautaires dont 5 femmes ; avant de les former du 21 au 22 Avril 2022. L’objectif de ces ateliers est de faire acquérir à ces derniers, des connaissances et compétences nécessaires, pour transmettre aux hommes, aux femmes, aux familles et à la communauté, à travers des groupes de dialogue mixtes et non mixtes ; des messages utiles à l’adoption de comportements clés qui favorisent un regard plus positif sur les femmes ; et qui engendre l’équité à leur égard.

C’est avec un sentiment de satisfecit que les relais communautaires se sont séparés, convaincus de leur rôle dans la déconstruction des pesanteurs sociologiques, dans leur communauté. Ils n’ont pas manqué de remercier le CDEL pour cette belle expérience en faveur de la réduction des VBG ; tout ceci pour le bonheur des femmes de Sè dans la commune de Houéyogbé et au-delà.

Cette activité a été réalisée grâce à l’appui financier de l’Organisation Internationale de la Francophonie à travers le fonds La Francophonie avec Elles, dans le cadre du projet intitulé : « Résilience socioéconomique des artisanes potières de Sè, commune de Houéyogbé ».

 

Photo de famille des relais communautaires

CDEL ONG

Read Previous

17 ans déjà !!!

Read Next

Mobilisation Générale des artisans fondeurs du Bénin autour des actions de l’UPAFAC-AZODOLE