Démarrage des activités des centres incubateurs d’Avrankou ; une mission FSD de l’Ambassade de France a visité le site

Pour constater l’achèvement des travaux de construction des centres incubateurs des artisans d’Avrankou et le démarrage effectif des activités, une mission de l’ambassade de France conduite par Vincent CURIS était sur les lieux le jeudi 20 mars 2014.

En effet, porté par le CDEL, le projet des centres incubateurs qui vise l’insertion des jeunes artisans de la commune d’Avrankou, a été sélectionné parmi un grand nombre de projets par l’ambassade de France et ce, dans le cadre d’un appel à projet sur le Fonds Social pour le Développement (FSD).

Accueillie par la Directrice Exécutive du CDEL, Madame Aline ADJIBI  DATO et le Chargé de programmes, Monsieur Arsène SAGBOHAN,  la délégation a effectué une visite guidée des locaux. Aussi, les responsables du CDEL ont, au cours des échanges, porté à l’attention de la délégation qui en a pris note, les problèmes globalement rencontrés.

 

Les impressions du chef de la délégation à la fin de la visite et des échanges avec le comité de suivi

« Mes impressions sont très  bonnes. Le partenariat est très bon. Les installations en place sont belles, on sent qu’elles ont été pensées. Les bénéficiaires sont déjà à l’exercice. Il y a vraiment une dynamique positive. C’est vraiment que favorable » sont les mots de satisfaction du chef de la mission, Vincent CURIS.

De la suite du projet, il dira,  « le projet n’est pas tout à fait terminé. Le plus gros est fait c’est sûr, mais il y a maintenant l’accompagnement des bénéficiaires dans le financement des activités afin de rendre ces centres incubateurs autonomes et rentables, puis permettre aux bénéficiaires au sein de ces centres de pouvoir à terme s’installer à leur propre compte. L’objectif  étant de donner les moyens collectivement, mais aussi à chaque artisan de pouvoir se mettre à son propre compte. Je pense qu’à ce niveau, il y a encore du travail tel qu’il est prévu dans le projet. Mais il n’y a aucune difficulté à ma connaissance que ça ne puisse pas se faire. Maintenant que tout est en place, avec cette première partie du projet, le reste ne devrait être que cet accompagnement continu que le CDEL fait déjà auprès des bénéficiaires présents ».

 « Je ne peux que féliciter non seulement le professionnalisme du CDEL mais au-delà, la démarche dans laquelle il s’est inscrit en répondant à l’appel à projet. Il y a eu une démarche de projet, une évolution par rapport au projet, la prise en compte de toutes les recommandations de l’Ambassade.
 Le CDEL était aussi présent à l’inauguration d’un autre projet qui a été lancé sur le FSD à Ganvié. Ceci participe un peu de cette mise en réseau des acteurs sociaux pour le développement des échanges,  que le FSD veut mettre en place. Et le CDEL s’y inscrit déjà. C’est là où la société civile a un rôle à jouer ; se mettre ensemble pour porter des messages, porter des solutions locales qui marchent, de pouvoir les porter et montrer que ça fonctionne » a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *