Appui aux artisans d’Avrankou ; le CDEL et ses partenaires inaugurent officiellement le centre incubateur SONIGNON

Le CDEL et ses partenaires ont procédé ce vendredi 03 octobre 2014, à l’inauguration du centre incubateur des artisans de la commune d’Avrankou.

Il s’agit du couronnement du processus de la mise en œuvre du projet d’Insertion professionnelle des jeunes artisans de la commune d’Avrankou qui s’est traduit par la construction du centre incubateur SONIGNON des artisans de la commune.

Cofinancé par le Fonds Social de Développement (FSD) de l’Ambassade de France à l’issue d’un processus de sélection, il a pour objectif, de créer un centre avec des ateliers incubateurs pour préparer l’insertion professionnelle des jeunes artisans diplômés de la commune.

Ainsi donc, d’un montant global de 35 891 598 cfa, ce centre est composé d’un atelier de couture et un magasin de rangement pour quatre jeunes femmes couturières diplômées ; d’un atelier qui sert de garage et un magasin de rangement pour quatre artisans garagistes, mécanicien – auto, peintre – auto, soudeur – tôlier, et électricien – auto ; et un bâtiment annexe de garage réalisé en complément, donc non prévu dans le document projet, qui abrite 03 autres artisans, le vulcanisateur, la mécanicienne deux roues et l’ajusteur.

Chacun des bâtiments est entièrement équipé de, matériels nécessaires pour l’exercice de ces métiers. En dehors des bâtiments et équipements, les bénéficiaires ont reçu un paquet de formations.

Six mois après l’intégration des bénéficiaires, dans ce centre, et grâce aux équipements divers, le cadre adéquat de travail et les renforcements de capacité, ces jeunes hommes et femmes ont quitté l’oisiveté. Mieux, la mairie ne se fait plus de soucis quant aux paiements des taxes locales. Les artisans n’attendent plus d’être dérangés par les percepteurs de la mairie, et viennent tous seuls en début d’année payer leurs taxes. Ce qui permet de constater que, pour l’objectif du CDEL qui est le développement économique local, grâce aux actions d’appui à l’insertion des jeunes artisans diplômés de cette commune, démarrées depuis 2012 à Avrankou, l’espoir est permis.

« C’est cela notre contribution d’acteur de développement, et soyez fier d’y avoir participé après votre soutien financier dans la réalisation de la base d’appui des mécaniciens deux roues de la commune d’Abomey Calavi, assurée par le CDEL » dira le Président du Conseil d’Administration (CA) du CDEL, Jean marie Houngbo, en remerciant l’Ambassade de France pour la confiance placée en son organisation. Remerciements qu’il étendra au Maire, au conseil communal et à tous ceux qui ont travaillé à la concrétisation de ce projet.

Que ce soit le porte-parole du collectif des artisans de la commune que celui des sages et notables, le discours est le même et se résume aux félicitations adressées au CDEL et ses partenaires.

Le maire quant à lui trouvera à travers ce projet, une approche de solution à la question du chômage des jeunes dans sa commune, Pour lui, ce projet pourra être considéré comme la réponse à toutes les préoccupations des artisans, si ceux-ci se l’approprient réellement.

Alors, il a adressé toute sa gratitude à l’Ambassade de France, au CDEL et son partenaire Genève Tiers Monde, pour leur apport qualitatif au développement de sa commune à travers ce projet.

Comme pour répondre au président du CA Houngbo, la représentante de l’Ambassadrice de la France félicitera toutes les parties prenantes de ce projet qui vise à sortir les bénéficiaires de la pauvreté ; puisque ce projet entre dans le cadre du document du partenariat entre la France et le Bénin dont les priorités sont entre autres la formation professionnelle et le développement du secteur productif.

Il s’agit d’un projet innovateur et prometteur pour l’amélioration des conditions des jeunes artisans au Bénin.

Aussi annoncera-t-elle qu’en 2015, le programme passerait du FSD au FACS (Fonds d’appui aux sociétés civiles du Sud). Un nouvel outil qui s’inscrit dans la continuité de la philosophie d’actions tout en choisissant de s’investir dans le renforcement des capacités d’actions des réseaux d’organisations. Et sous cette nouvelle monture, le CDEL est une référence va –t-elle affirmer.

Elle a été précédée du représentant du préfet des départements de l’Ouémé – Plateau, qui au nom de l’autorité partira de la portée d’un tel projet au plan départemental pour inviter les acteurs et partenaires de ne point s’arrêter en si bon chemin dans le contexte béninois où des projets comme celui-là ne court pas les rues.

La cérémonie s’est achevée par la coupure du ruban et la visite des lieux avec les bénéficiaires au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *